Entrepreneurship 40+: La rencontre avec Fabian Vancoille

Introduction

Votre poste & nom de l’entreprise :

Directeur Commercial Externalisé / Franchise BRAS DROIT DES DIRIGEANTS Direction Commerciale

Votre domaine professionnel :

Accompagnement opérationnel de Dirigeants de TPE/PME/Start UP souhaitant structurer et/ou développer leur activité commerciale.

BRAS DROIT DES DIRIGEANTS en 2 ou 3 phrases :

Les Dirigeants de TPE, PME & Start Up ont une formation technique et se concentrent avant tout sur la production. I ls ont peu de temps, et n'ont ni les compétences pour gérer leur développement commercial, ni l'appétence pour manager leurs commerciaux. Mon intervention à temps partagé consiste alors à aider ces entreprises à se structurer, à définir leur stratégie commerciale et le plan d'actions associé, à améliorer leur discours commercial, et à gérer leur équipe de vente.

Sur le plan professionnel, que faisiez-vous avant de devenir indépendant ?

J'ai eu la chance d'évoluer au sein de grands grands groupes américains et français : 10 ans chez Nike, 4 ans chez Disney, 5 ans chez O'Neill et 3 ans chez Hungaria (Groupe Royer). Après avoir commercialement démarré sur le terrain, j'ai pu progresser et occuper diverses fonctions telles que Chef de Produit, Responsable Grands Comptes, Directeur Commercial, Directeur Marketing et Commercial, Country Manager, Directeur de Marque.

Quelle était votre motivation pour créer votre propre entreprise ?

J'avais déjà l'intention de créer ma propre boîte il y a environ 5 ans, sans cerner à l'époque l'activité qui me conviendrait. En devenant entrepreneur, j'ai eu le sentiment de reprendre ma liberté. De plus, travailler avec plusieurs entreprises issues de domaines d'activité différents à qui je peux transmettre mes connaissances commerciales et managériales constitue une réelle motivation.

Comment êtes-vous passé de l’idée à l’exécution ?

Toute idée doit faire l'objet d'une réelle analyse ... laquelle doit déboucher sur un plan structuré. Une fois la faisabilité évaluée, les actions définies et le planning déterminé ... ne reste plus qu'à travailler, travailler, travailler !

Comment se déroule votre vie quotidienne en tant qu’entrepreneur ?

Un des avantages et une des satisfactions de mon activité, c'est que je ne vis jamais deux journées identiques ... En effet, je dois partager mon temps entre les missions en entreprises (interventions à temps partagé car je travaille en moyenne 1 jour par semaine au sein de chaque entreprise), les démarches de prospection (recherche de futures missions) et de prescription (clubs d'affaires, événements divers, ...), la gestion des réseaux sociaux, ...

Quelle est la ou les plus grande(s) récompense(s) de la création de votre propre entreprise ?

Pouvoir gérer seul et comme je le souhaite mon agenda ... et avoir le luxe de choisir les entreprises avec qui je souhaite travailler !

Qu’est-ce qui, à votre avis, fait un bon entrepreneur ?

Détermination, engagement et résilience sont selon moi les clés de la réussite d'un entrepreneur.

En quoi est-il différent d’entreprendre à 40 ans plutôt qu’à 20 ans ?

J'ai évidemment énormément appris tout au long de mon parcours professionnel riche d'expériences, de missions et de rencontres. Ce parcours constitue un socle inestimable et un atout indéniable sur lesquels m'appuyer aujourd'hui ... et dont je ne disposais pas au moment de mes jeunes années !

Pour beaucoup de gens, la peur de l’échec est la raison pour laquelle ils n’osent pas créer leur propre entreprise. Que diriez-vous à quelqu’un pour le convaincre d’aller de l’avant de toute façon ? Quel impact la peur a-t-elle eu sur vous ?

Il me semble normal d'avoir peur de se lancer ... Néanmoins, c'est justement cette crainte qui doit permettre de bien réfléchir à son projet et donc de bien le structurer. Personnellement, cette peur me stimule et me pousse à être encore meilleur et mieux préparé ...


Ne comptez plus sur la passion pour réussir dans l’industrie du sport

Poste sponsorisé

Vous aimez le sport plus que quiconque ? Vous connaissez par cœur l'histoire de votre sport préféré ? Vous regardez chaque match de votre équipe préférée ? Vous connaissez la vie de tous les joueurs ?

Si vous étiez intéressé pour travailler dans l’industrie du sport, vous seriez un parfait candidat, n'est-ce pas ? Pas nécessairement.

L'amour du sport à lui seul ne suffit. Ce que veut l’employeur, c’est une personne qui possède les compétences et la vision nécessaires pour diriger l’industrie du sport en cas de perturbation, qui embrasse les technologies émergentes et comprend l’importance croissante des données.

Le MSc in Sports Industry Management à emlyon business school en France travaille en étroite collaboration avec les leaders de l'industrie du sport pour s'assurer que le programme répond à leurs besoins et forme des candidats qui sont prêts à démarrer dès le premier jour.

Quels sont donc les problématiques et sujets prioritaires que les entreprises de l'industrie du sport doivent aborder aujourd'hui ?

La data

L'importance des données, leur collecte et leur analyse rigoureuse se développe depuis de nombreuses années dans l'industrie du sport. Elle a d'abord fait une apparition dans le baseball, comme popularisé dans le livre de Michael Lewis et plus tard transformé en long métrage avec le film "Moneyball". Les données ont été utilisées pour le recrutement des joueurs, mais elles sont désormais utilisées dans tous les aspects du sport. De la performance des joueurs au travail d'équipe, les données aident à analyser les facteurs physiques, mentaux et sociaux qui aideront les joueurs et les équipes à apprendre comment donner le meilleur de soi-même et créer des champions.

Les données sont également utilisées dans le monde du marketing pour planifier les évènements, pour engager les fans, pour évaluer l'efficacité des campagnes sur les réseaux sociaux, pour mesurer leur retour sur investissement etc.

L'industrie du sport a désormais besoin d'individus qui comprennent les données, savent comment les collecter et les analyser pour pouvoir les traduire en une stratégie innovante.

Les futures technologies

Une enquête menée par Scrum Ventures en 2019 a montré que, selon les professionnels de l'industrie du sport, les moyens technologiques qui auront le plus d'impact au cours des 12 prochains mois sont les technologies liées à l’engagement des fans (78%) telles que le streaming, le e-sport et le contenu en direct sur les plateformes online, liées aux performances des athlètes (16%) et à l’expérience dans les stades (6%). Du point de vue de l'investissement, les trois principaux domaines d'intérêt sont les médias et réseaux sociaux, les plateformes d'e-sport qui permettent la mesure de la data et enfin l'analyse de celle-ci.

Ces informations sont encore plus pertinentes dans le contexte de la crise mondiale du COVID-19. Comment cette crise va-t-elle changer l'industrie du sport ? Comment l'industrie du sport peut-elle s'adapter à un contexte si particulier ? Des personnes créatives et qualifiées sont nécessaires pour utiliser la technologie afin de faire avancer cette industrie.

Le développement durable

Il est important de s'interroger sur les problèmes de développement durable liés à l’industrie du sport pour deux raisons : la nécessité de réduire l'empreinte écologique émise par cette industrie ; et le rôle que le sport peut jouer dans la sensibilisation à l'environnement et à l’écologie.

L'industrie du sport à l’échelle mondiale s'est engagée à prendre des mesures pour atténuer l'impact environnemental qu'elle a sur notre planète nous en sommes qu’à une infime partie de ce qui peut être mis en place. Comment le monde du sport peut-il utiliser son influence pour transmettre des messages importants et informer le public des problèmes environnementaux ?

Parrainage et marketing

Avec l'avènement de l'ère numérique, le parrainage et le marketing ont connu un énorme changement et continuent d’être impactés grâce à l'importance des médias sociaux, en particulier en ce qui concerne l'interaction des marques/équipes avec leurs fans.

Le MSc in Sports Industry Management est un programme de 18 mois réparti entre les campus de l'école de commerce emlyon de Paris et de Shanghai. Il vous prépare non seulement à travailler sur les problématiques mentionnées précédemment, mais aussi à faire face à tout autre changement que peut subir l’industrie. Le programme est divisé en 4 ensembles de compétences et utilise l'apprentissage par projet, les visites d'entreprises et les sessions de réseautage pour les développer :

  1. Explorer : comprendre un monde en constante évolution
  2. Créer : des outils et des concepts à construire pour l'avenir
  3. Réussir : intégrer l'innovation dans une stratégie de marché
  4. Élargir : se développer à l’international

Avez-vous le profil adéquat pour rejoindre cette industrie dynamique et passionnante ?

Pour plus d'informations sur le programme : téléchargez la brochure

D’athlète internationale à Directrice Marketing chez Kipling : découvrez le parcours d’Hanane Sabri !

Hanane Sabri, Directrice Marketing de Kipling à Hong-Kong (une marque de VF Corporation), travaille dans l’industrie du sport et du lifestyle depuis plus de 20 ans. Et pourtant Hanane a fait ses débuts dans l’industrie avec une double carrière : avant de commencer sa vie professionnelle, elle était une athlète française de haut niveau qui a participé à des compétitions nationales et internationales. Elle a été championne de France au 1500 mètres en 2001 à Saint-Etienne et a participé aux Championnats du monde d’athlétisme 2001 à Edmonton. En même temps que l’apogée de sa carrière sportive, elle a fait ses débuts dans l’industrie des articles de sport, ce qui lui a permis de débuter brillamment sa vie professionnelle.

Ce qui illustre bien sa personnalité c’est qu’Hanane a atteint le plus haut niveau dans une discipline sportive qui se pratique en short en tant que femme musulmane et a aujourd’hui atteint un poste de direction dans une industrie à prédominance masculine tout en étant mère de deux enfants. Elle a remis en question les hypothèses sur les rôles féminins dans les sports et l’économie du sport.

Alors, que pouvons-nous apprendre de son succès ? En retraçant sa carrière d’athlète, de professionnelle du marketing et de mère, Hanane Sabri partage avec nous un aperçu de son parcours, de ses valeurs et une leçon de vie.

SJ : Vous avez mené un début de carrière professionnelle en même temps que votre carrière d’athlète pendant près de 8 ans. Comment avez-vous réussi à mener les deux de front ?

HS : Je suis issue d’une famille d’ouvriers, où « travailler dur » était une valeur primordiale dans mon éducation. Mes parents étaient obligés de travailler dans des conditions très difficiles dans le Nord de la France pour subvenir aux besoins de notre famille. Ils ont donc tout donné au travail, sans jamais se plaindre au retour à la maison. Depuis toute petite, j’ai compris que pour réussir il fallait travailler intensément et être persévérant pour atteindre ses objectifs. Ma carrière d’athlète me l’a d’ailleurs toujours enseigné : je n’ai pas été championne de France du 1 500 mètres en claquant des doigts et aucun athlète non plus ; ni même le talentueux Usain Bolt !

C’est simple : pour réussir sa carrière professionnelle il faut travailler dur, pour réussir sa vie de maman il faut travailler dur, pour réussir sa carrière d’athlète il faut travailler dur, pour réussir sa vie de couple, il faut travailler dur et etc ! Pour tout, il faut toujours donner le meilleur de soi-même et surtout être à l’écoute des autres mais aussi de son corps pour arriver à la performance !


"J’ai compris que pour réussir il fallait travailler intensément et être persévérant pour atteindre ses objectifs. Ma carrière d’athlète me l’a d’ailleurs toujours enseignée : je n’ai pas été championne de France du 1 500 mètres en claquant des doigts et aucun n’athlète non plus ; ni même le talentueux Usain Bolt !"

Hanane Sabri

SJ : Etes vous fière d’avoir débuté votre carrière professionnelle comme cela ?

HS : Bien sûr ! C’était une période intense mais comme ma vie tout entière. En fait, je ne sais pas vraiment m’arrêter car je suis une éternelle hyperactive (rire). De plus, adidas était une très bonne école pour mon début de carrière. J’ai eu un DG chez adidas, Antoine Sathicq, qui a été un manager très inspirant et qui a su nous manager à la perfection. J’ai pu apprendre beaucoup dans la finance, dans la gestion de projet et dans le marketing via mes différents postes chez adidas.

SJ : Vous êtes actuellement Directrice Marketing chez Kipling (groupe VF Corporation). Est ce que votre passé d’athlète vous a aidé à en arriver ici ?

HS : Totalement ! Ma vie d’athlète m’a permis de comprendre trois choses : La première, c’est qu’il faut travailler intensément pour arriver à ses objectifs.

La deuxième, c’est la résilience. Cette capacité à continuer d’avancer malgré les obstacles, les baisses d’énergie, etc.

La dernière c’est l’empathie, l’écoute et la « connexion » avec les autres. On ne réussit jamais seul.

Even if I have practiced a sport that is described as individual, for me it is still a team effort. I had my physiotherapist, my trainer, my hares, my relatives, etc. It was them who helped me, in part, to reach the world championships in Edmonton. For me, it is important to move forward with a team that we respect and with which we feel connected.

De plus, mes parents m’ont inculqué les valeurs de respect, de partage, d’empathie et de performance. Cette notion de performance est ancrée en moi et c’est cela qui m’a amené ici aujourd’hui, que cela soit dans l’industrie du sport ou dans la mode.

SJ : En 2018, vous êtes arrivée à Hong-Kong et avez intégré le groupe Folli Follie. Pourquoi avez-vous quitté l’industrie du sport pour travailler dans la joaillerie ?

HS : En fait je suis d’abord arrivée à Hong-Kong par amour. J’avais envie d’apprendre le mandarin et de m’occuper de ma famille. Comme je n’ai pas su m’arrêter de travailler, j’ai intégré le groupe Folli-Follie et ai découvert le monde de la joaillerie car j’avais envie d’apprendre et de découvrir de nouvelles choses sur le marché asiatique. J’aime vraiment le processus d’apprentissage. Au bout de 3 ans, j’avais appris beaucoup de choses mais j’avais fait le tour et avais envie de relever de nouveaux challenges. J’ai donc postulé chez VF Corporation. Ca n’a pas été facile mais après plusieurs entretiens, j’ai été recrutée ! Aujourd’hui je suis très fière de travailler pour cette marque qui me replonge dans le monde du lifestyle et des milléniaux.

SJ : Qu’est ce qui vous inspire chez Kipling et quels sont vos objectifs dans cette entreprise ?

HS : En arrivant chez Kipling j’étais en mode « observation » pendant 3 mois, cela est une règle que je me suis toujours imposée dans toute nouvelle mission car il faut d’abord comprendre l’entreprise et la marque pour lesquelles on travaille : les collections, le marché, les consommateurs de la marque, les collaborateurs, le fonctionnement des équipes internes mais aussi locales, les différences culturelles, les valeurs de l’entreprise, les objectifs et enfin la stratégie mise en place. Au delà des objectifs propres à l’entreprise, ma fierté reste « l’être humain » et la relation à l’autre afin d’assurer la cohésion d’équipe et la mise en place d’objectifs communs. J’aime grandir et voir les autres grandir. Pour moi, la relation manager / managé est une relation gagnante / gagnante basée sur le respect, l’écoute et la performance.

Pourquoi ai-je choisi Kipling ? J’ai vraiment accroché avec la nouvelle direction managériale en place et surtout avec leurs objectifs et la nouvelle vision de Kipling brand car nous souhaitons aujourd’hui atteindre les milléniaux en leur insufflant le message d’aller explorer le monde avec curiosité mais aussi d’alléger leur vie grâce à nos produits inspirants et fonctionnels. Je me retrouve totalement dans ce message. De plus, j’aime travailler sur les nouveaux concepts stores pour offrir une véritable expérience à nos consommateurs que cela soit par des activations en magasin ou à travers les visuels merchandising, mais surtout communiquer avec les asiatiques en utilisant à 80% le monde du digital. Et cela peut comporter toute l’approche stratégique sur la distribution Online pour nos propres sites kipling.com ou sur notre Kipling Store sur Tmall plateforme [la plus grande platforme Ecom en Chine et dans le monde] sans évidemment oublier l’importance des réseaux sociaux tel que WeChat, Weibo, FB ou Instagram, etc. Tous ces sujets sont des challenges à relever de façon disruptive et spécifique pour créer une véritable différence concurrentielle.

SJ : Après un parcours si inspirant, avez-vous un conseil à donner aux étudiants et jeunes diplômés ?

HS : « Faites tout pour réaliser vos rêves et n’abandonnez jamais ! ». Pour moi, rien n’est impossible. J’en suis la preuve vivante ! J’ai atteint le haut niveau dans une discipline sportive qui se pratique en short alors que je suis musulmane. J’ai toujours évolué dans des milieux professionnels d’homme alors que je suis une femme qui vient d’une famille ouvrière et je m’en suis très bien sortie. Encore une fois, je souligne la notion de résilience qui est très importante tout au long de nos vies sans oublier les valeurs humaines comme le respect, l’empathie et l’écoute.


« Faites tout pour réaliser vos rêves et n’abandonne jamais ! Pour moi, rien n’est impossible. J’en suis la preuve vivante ! J’ai atteint le haut niveau dans une discipline sportive qui se pratique en short alors que je suis musulmane. J’ai toujours évoluée dans des milieux professionnels d’homme alors que je suis une femme qui vient d’une famille ouvrière et je m’en suis très bien sortie. »

Hanane Sabri

One of my daily motivations is to ask myself: which actions can I take today that could have an impact on the world, on my family, on the ecological level, and at work? I am a great player and I always take the example of dominoes, because every little gesture can have a huge impact on our lives and the lives of others. Even a smile, a moment of listening, helping someone in need even if he is a stranger to us, and so on! These little actions can give hope. And we have to share this hope because that is what makes us build a better world in the end.

Cela vaut aussi à l’échelle mondiale à propos de l’écologie : je crois en l’humanité et si chacun fait des petits gestes nous pourrons construire une société plus respectueuse de notre planète Terre et laisser un héritage à nos enfants.

En savoir plus sur Hanane Sabri

Hanane SABRI a rejoint VF en tant que Directrice Marketing Asie-Pacifique de Kipling au siège de Hong-Kong en mai 2019. Elle a plus de 20 ans d’expérience dans l’industrie de la mode et du sport.

Basée à Strasbourg, Hanane a rejoint adidas France en 2000 en tant que Finance Controller. Pendant ce temps, elle était également une athlète confirmée représentant la France dans des compétitions internationales. Hanane est devenue Directrice de la planification stratégique en 2004 et a occupé le poste de Senior Manager Sport marketing et de la communication sportive en 2006, spécialisée dans les plans d’activation d’événements, la planification de la production des tenues olympiques, des budgets et l’analyse du marché. Elle a supervisé des événements sportifs internationaux tels que les Jeux Olympiques de Pékin, Vancouver et Londres, et a été directement en charge du Comité Olympique Français et de 18 Fédérations Nationales pendant 8 ans.

Entre 2006 et 2015, la réussite d’Hanane Sabri vient de sa capacité à négocier des contrats avec des athlètes et des célébrités pour adidas ; dont le célèbre chanteur de rap Akhenaton, le double champion Olympique de judo Teddy Riner ou encore de Nikola Karabatic – champion Olympique de handball et élu meilleur joueur du monde en 2012.

Avant de rejoindre VF Corporation, elle a travaillé chez Folli Follie en janvier 2016 en tant que Directrice marketing pour l’Asie-Pacifique, développant des équipes de conception, de gestion de produits, de marketing et de communication pour 7 pays et plus de 150 magasins au Japon et en Chine. Son expertise financière joue également un rôle clé dans la gestion de P&L sur plusieurs millions de budgets dans plusieurs gammes de produits de l’entreprise.

Hanane est titulaire d’une maîtrise en droit des sociétés, des finances et des valeurs mobilières de l’EM Master Strasbourg Business School ainsi que d’un BBA et d’un MBA en finance de la Bowling Green State University dans l’Ohio aux États-Unis. Elle vit actuellement à Hong-Kong avec son mari et ses deux enfants.

© Portrait of Hanane Sabri by [email protected]

À propos de la marque

The Kipling success story started in 1987 in the heart of the fashion capital of Antwerp (Belgium) with crinkled nylon bags. By injecting our creativity and out-of-the-box thinking into developing thoughtful designs with a casual coolness, Kipling products are created to inspire mobility and enable you to Live.Light. As more than a bag brand, Kipling represents a positive outlook on life, a light-hearted mentality, free spirit, and inclusivity. Today Kipling’s well-known bags and accessories are available around the world in 436 stores in 80 countries and can be found in more than 7500 shops, and on kipling.com.

L'histoire du succès de Kipling a commencé en 1987 au cœur de la capitale de la mode, Anvers (Belgique), avec des sacs en nylon froissé. En injectant notre créativité dans le développement de designs réfléchis et d'une fraîcheur décontractée, les produits Kipling sont créés pour inspirer la mobilité et vous inviter à Live.Light. Plus qu'une marque de sacs, Kipling représente une vision positive de la vie, une mentalité légère, et un esprit libre et d'inclusion. Aujourd'hui, les célèbres sacs et accessoires Kipling sont disponibles dans le monde entier, dans 436 magasins répartis dans 80 pays et dans plus de 7500 boutiques, ainsi que sur kipling.com.


Autres interviews qui pourraient vous plaire:

Entrepreneurship 40+ : La rencontre avec Régis Lauprete

Lorsque nous lisons des histoires de start-ups de l'industrie du sport, beaucoup d’entrepreneurs semblent avoir la vingtaine. Pourtant, même s'il y a beaucoup de jeunes créateurs d'entreprise, il y a aussi un grand nombre d'entrepreneurs à succès qui n'ont pas créé leur entreprise avant d'avoir 40 ans. Dans notre série "Entrepreneurship 40+", nous voulons vous présenter certaines de ces incroyables personnalités.

Pour la deuxième interview, nous avons eu le plaisir de parler à Régis Lauprete qui est le président de la société Magnitude qu'il a créé en 2018.

Introduction

Votre poste & nom de l'entreprise :

MAGNITUDE, je suis le président de la société

Votre domaine professionnel :

J'ai 25 ans d'expérience dans la vente, le marketing, la gestion et le top management

MAGNITUDE en 2 ou 3 phrases :

De la distribution au consommateur, nous vous accompagnons sur tous vos lieux de vente pour vendre mieux et vendre plus L’expérience que vos clients vivent en magasin a un impact direct sur les ventes et sur l’image de votre marque. Former, séduire ou vendre : Magnitude élabore et met en œuvre les dispositifs humains et digitaux pour transposer sur le terrain votre ambition commerciale, et faire vivre votre expérience de marque.

Sur le plan professionnel, que faisiez-vous avant de devenir indépendant ?

J’ai démarré ma carrière dans des fonctions commerciales. Tout d’abord dans le transport, (comme la famille…), avant de me rendre compte que ce secteur n’était pas du tout fait pour moi. Ancien sportif de haut niveau, j’ai toujours été passionné de sport, et j’ai réussi à intégrer ce milieu pour ne plus le quitter. Après un bref passage chez Nike, j’ai fait mes armes chez Adidas pendant 7 ans. C’est là que j’ai évolué et que j’ai compris le fonctionnement du marché. J’ai démarré comme chef de secteur, avant d’occuper des fonctions de manager terrain, puis de Key account, avant de terminer mon parcours chez Adidas par un poste de KA international ou je m’occupais d’un des plus gros comptes pour la marque, Décathlon..

Pour des questions de choix de vie, j’ai quitté Adidas pour intégrer Diesel, en tant que directeur des ventes footwear et bags. J’y suis resté 2 ans, avant de rejoindre G-Star pour 4 ans en tant que Country manager footwear pour la France, l’Espagne et le Portugal, pour lancer et developper ce nouveau business pour la marque. J’ai fait un très court passage chez Ralph Lauren, ma dernière expérience chez les marques qui m’a permis, à 41 ans, de comprendre qu’après toutes ces années à travailler pour les marques qui me faisaient rêver, je n’avais plus envie de poursuivre ma carrière dans ce type d’organisation.

Quelle était votre motivation pour créer votre propre entreprise ?

Etre acteur de ma vie de manière beaucoup plus directe. Je regardais certains amis entrepreneurs, et malgré l’insécurité ou la connexion permanente à leur job, j’enviais leur liberté et leur capacité à créer leur propre fortune….j’étais prêt. Je n’en aurais pas été capable 10 ans plus tôt. Pour moi c’était une révélation à l’aube de mes 45 ans.

Comment êtes-vous passé de l'idée à l'exécution ?

Il m'a fallu exactement trois choses :

  1. L’externalisation de force de vente collait exactement à ce que j’aimais faire, et savais faire.
  2. Après avoir aidé quelques amis à créer une entreprise similaire, j'ai eu une idée précise de la manière dont cela se fait.
  3. L’opportunité des rencontres, et particulièrement celle de mes associés a fait le reste pour me lancer

Comment se déroule votre vie quotidienne en tant qu'entrepreneur ?

C’est justement ce que je préfère. Elle n’est jamais pareil. Elle est faite parfois aussi de période sous haute pression avec beaucoup d’heures passées à travailler. Elle peut être très sédentaire au bureau, ou plus itinérante dans des périodes de déplacements. Elle me convient toujours car c‘est moi qui décide de son rythme, même dans les périodes compliquées

Quelle est la ou les plus grande(s) récompense(s) de la création de votre propre entreprise ?

Le plaisir d’avoir créer mon équipe et de travailler au jour le jour avec eux dans l’atmosphère que j’ai toujours rêvé de trouver dans mes jobs précédents…un rêve qui devient réalité.

Qu'est-ce qui, à votre avis, fait un bon entrepreneur ?

J’avais conscience qu’il me serait plus facile de me lancer dans un projet dans lequel je pourrais fraire fructifier mon expérience, et mon network. Être entrepreneur, lorsque l’on a connu que des postes de salarié, ne s’improvise pas. Il faut avant tout être prêt dans sa tête. En avoir envie, pas pour fuir quelque chose, mais plutôt par envie d’être acteur de sa vie différemment. C’est un état d’esprit. Il ne se commande pas, il vient à vous, et se renforce avec la réflexion sur le projet.

En quoi est-il différent d’entreprendre à 40 ans plutôt qu’à 20 ans ?

Forcément.. à 40 ans, on commence à percevoir que si l’évolution professionnelle n’est pas au niveau ou on l’imaginait à 20 ans, celà va être difficile de pousuivre avec la même ambition. Et la jeunesse pousse aussi derrière. Les aspirations de vie sont elles aussi différentes

Pour beaucoup de gens, la peur de l'échec est la raison pour laquelle ils n’osent pas créer leur propre entreprise. Que diriez-vous à quelqu'un pour le convaincre d'aller de l'avant de toute façon ? Quel impact la peur a-t-elle eu sur vous ?

Je ne parlerais pas de peur. Etre entrepreneur, c’est avant tout savoir se faire confiance, en sachant se remettre en cause. Je parlerais plus volontiers de risque. La peur de l’échec tétanise, alors que la gestion du risque peut être très excitante. Et l’échec fait partie de l’expérience de l’entrepreneur, il le construit. Ma réponse serait donc: faites vous confiance. Il n’y a que vous qui savez si vous êtes prêt à assumer ce parcours, et c’est en écoutant votre petite voie intérieure que vous saurez si vous êtes prêt à y aller.


Vous souhaitez rencontrer d'autres entrepreneurs ? Dans la première partie de Entrepreneurship 40+, nous avons parlé avec Alban Le Pellec, le directeur général de l'agence de conseil All-Seasons.

Formez-vous en ligne avec ces 5 plates-formes : Gardez votre tête jeune et dégourdie



"N’importe qui qui arrête d’apprendre est vieux, peu importe qu’il ait vingt ou quatre-vingts ans. Quelqu'un qui au contraire continue à apprendre reste jeune. La plus grande chose dans la vie est de garder l’esprit jeune." - Henry Ford

Savez-vous ce qui fait les gens qui réussissent ? Le fait de ne jamais arrêter d’apprendre. Soyez toujours curieux du monde, de nouveaux environnements et de façons d'améliorer vos connaissances. Pour que vous soyez encore plus motivés : continuer à faire travailler votre cerveau le maintiendra en bonne santé, en prévenant d’une mauvaise mémoire ou même d’une maladie comme la démence. Alors, comment pouvons-nous gagner de nouvelles connaissances ? Pour certains d'entre nous, avons de la chance d’avoir un employeur qui s'intéresse à développer nos talents. Ce sont des entreprises qui s’efforcent d’intégrer des formations pour leurs employés et à introduire de nouvelles idées. Mais la réalité est que la plupart des personnes ont besoin de se charger de leur propre éducation. Il n’est pas évident que chacun d’entre nous ait le temps de s’inscrire dans une université pour quelques conférences supplémentaires ou de payer lui-même l'enseignement supérieur. Heureusement, le web 2. 0, le web interactif, offre plusieurs opportunités, des cours en ligne et des classes de travaux dirigés pour apprendre de nouvelles connaissances. Évidemment, cela n’est pas limité aux compétences de base, vous pourriez également en apprendre plus sur des champs auxquels vous vous étiez toujours intéressés. L'art, l'histoire, la biologie, la psychologie… et la liste continue.

Udacity

La plateforme d'Udacity est directement liée au fait de gagner de nouvelles compétences pour l’emploi de vos rêves. Avec des cours de programmation, de design web ou sur la science des données, elle offre des mini diplômes qui sont acceptés comme références officielles. Au lieu de donner des cours magistraux, ils préfèrent l'apprentissage pratique. En collaboration avec des entreprises comme Google, Salesforce et Facebook, ils développent des cours interactifs pour les débutants, le niveau avancé et les professionnels. Cependant, vous devez choisir un c ours à l’avance étant donné qu’il y en a des payants. Les cours seront offerts en anglais. Les cours suivants nous plaisent beaucoup : 

MIT OpenCourseWare

Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) est connu comme étant une des plus grandes universités de classe supérieure du monde. Surtout, il est connu pour les sciences de l’ingénierie mécanique et physique, mais leurs programmes master offrent un large éventail de cours. Dans leur OpenCourseWare, le MIT a rendu le contenu de différents de ses cours accessible à toute le monde, en le partageant en ligne gratuitement.
Dans la vue d'ensemble des cours, vous pouvez filtrer par thèmes et départements, par exemple les Affaires, les Beaux-arts, l'Ingénierie, etc. et puis, vous pouvez accéder au cours en ligne ou télécharger les documents. En outre, la plupart d'entre eux contiennent des conférences vidéos et audios aussi bien que des devoirs. Donc vous devrez faire vos devoirs ! Il est difficile de suivre une conférence en ligne sans avoir la possibilité de demander plus de détails, donc nous le recommanderions surtout pour les sciences humaines, la psychologie et les beaux-arts. Voici 3 cours que nous aimons (Ils pourraient vous intéresser au niveau personnel.)
  • Ethics in Your Life: Being, Thinking, Doing (or Not?): Éthique dans Votre Vie : Être, Réfléchir, Agir (ou pas ?) : Ce cours fournit une occasion d'explorer un large éventail de questions éthiques par le biais de discussions guidées qui sont destinées à équiper les étudiants pour la réflexion et l'action spontanée.
  • Engineering Innovation and Design: Innovation et design en ingénierie : „Apprenez à produire de grands designs, être un ingénieur plus efficace et communiquer avec un fort  impact émotionnel et intellectuel.
  • Introduction to Photography: Introduction à la photographie : Ce cours combine l'instruction pratique, les sorties sur le terrain, les discussions de groupe et les révisions individuelles. Il s’agit d'encourager une conscience critique sur la façon dont les images dans notre culture sont produites et construites. En plus, ce cours offre une instruction pratique des techniques fondamentales du noir et blanc et du maniement basique d’un appareil photo, l’éclairage, l’exposition de film, le développement et l’imprimerie
 

edX

Le MIT n’a pas fourni que son propre contenu, ils ont aussi collaboré avec Harvard avec lequel ils ont créé edX en 2012. Ce portail offre des cours d’universités dans le monde entier, donc vous pouvez vous inscrire aux cours de n’importe où et n’importe quand. La plupart des cours sont gratuits, mais pour un petit coût, vous pouvez même recevoir un certificat si vous en avez besoin pour votre travail ou une candidature  future. C'est open source et à but non lucratif. Les cours réunissent tous les champs d'étude : architecture, loi, communication, affaires, etc. Nos cours préférés sont ceux-ci :
  • Becoming a successful leader (Inclusive leadership training): Devenir un dirigeant à succès (Entraînement au leadership inclusif) : Avec une heure par semaine pendant 4 semaines, vous apprendrez tout de ce dont un chef a besoin de savoir
  • Online Marketing Strategies: Stratégies marketing en ligne : Une introduction aux utilisations possibles du marketing sur internet.
  • Get Beyond Work-Life Balance: Dépassez le rapport travail-vie : „Vous êtes-vous déjà démené pour réussir votre travail et le reste de votre vie ? Vous n'êtes pas seuls. Les hommes et les femmes essaient dans le monde entier de trouver l’équilibre entre la vie au travail et la vie privée. “

"Knowledge is power. Information is liberating. Education is the premise of progress, in every society, in every family." - Kofi Annan

The Digital Garage / Le Garage Numérique

Une plateforme de Google traitant de marketing en ligne ? Cela devrait être la garantie pour avoir des compétences numériques. Les cours en ligne de The digital garage vous guident à propos des fonctions des moteurs de recherche, des médias sociaux, de l’analytique et plus encore. C'est une grande façon d'épicer votre CV et de réaliser une entrée dans le monde du marketing en ligne. Nous recommandons de prendre tous les cours, les uns après les autres pour entrer dans le champ du marketing en ligne.

Inversity

Iversity est une plateforme en ligne extraordinaire qui se concentre sur l'enseignement supérieur au niveau des objectifs professionnels. Leurs cours sont fournis par des experts d'affaires qui ont créé des cours à propos de leurs carrières professionnelles pour vous entrainer. Comme la plupart des plates-formes, elle offre des cours libres aussi bien que des payants. Pour ceux qui sont grauits, utilisez le filtre „MOOCs “ dans le catalogue des cours.
 Nos trois préférés sont :
  • Discover yourself: Build a Career and make an impact: Découvrez-vous : Construisez une carrière et ayez un impact : Commencez un voyage en apportant le meilleur de vous-même par le biais du développement de carrière et de la découverte de soi !
  • New Business Models: Working Together on Value Creation: Nouveaux Business Models : collaborer pour la création de valeur : “Apprenez comment construire votre propre nouveau business model durable, basé sur vos propres idées.
  • Social Innovation: Innovation sociale : „Les innovations sociales changent la manière dont les gens vivent ensemble. Apprenez en plus sur ces innovations sociales et comment elles peuvent être développées. Etant donné que les façons dont on vit, l’on travaille et l’on traite les affaires peuvent être tout à fait différentes !

Découvrez le Master « Sports Industry Management » de l’emlyon

Préparez-vous à devenir un futur leader dans l'industrie du sport ! Prenant en compte les besoins spécifiques de recrutement et la dynamique de l'industrie du sport, l’emlyon Business School a conçu un programme de Master en combinant leur expertise en gestion internationale avec l'expérience de marché de certaines des plus grandes entreprises mondiales de l’industrie du sport.

Le Master « Sports Industry Management » à Paris et Shanghai aide les jeunes talents à développer une fine compréhension du commerce international du sport, et une connaissance approfondie de la culture économique du sport.

Faire partie d'une école de commerce avec une perspective orientée vers l’industrie du sport

« Le sport s'est développé pour devenir un marché en forte croissance avec des cultures et des codes très spécifiques. Les entreprises et les institutions doivent recruter des employés et des managers capables de s'adapter rapidement aux spécificités de l'industrie. Pour les candidats, cela signifie que l'importance de contribuer à l’industrie tout en comprenant et en s'adaptant aux stratégies est essentielle. »

ANDY GUGENHEIMER, PDG DE HEADHUNTING AGENCY AG SPORT CONSULTING

Les écoles qui souhaitent fournir le type de diplômés pour répondre à ces exigences doivent se demander : que recherche une entreprise et quelles compétences un employé doit-il apporter pour développer davantage l'industrie ?

La meilleure façon de trouver la réponse est de travailler en étroite collaboration avec l'industrie. Le programme du Master « Sports Industry Management » d'emlyon Business School est basé sur une étroite collaboration avec des entreprises comme adidas, Eider, Millet, Patagonia, Petzl, Salomon, The North Face, Wilson and co. offrant ainsi un programme bien organisé pour préparer leurs étudiants à une carrière dans le sport.

De cette façon, les étudiants ont la chance de connaître des représentants clés du monde du sport grâce à des conférences et des rencontres. Ils apprennent également les enjeux de l’industrie à travers des projets de groupe.

De belles perspectives d'emploi après l'obtention du diplôme

Les diplômés sont souvent confrontés au problème de ne pas trouver de poste dans leur domaine en raison d'une expérience de travail trop courte. Grâce à sa proximité avec les entreprises, les étudiants trouvent facilement de stages et évitent ainsi de perdre trop de temps à chercher leur premier emploi à la sortie de l’école. Selon une enquête réalisée en 2017, 95% des anciens élèves de l'emlyon ont commencé leur premier travail dans l’industrie en moins de 6 mois après la fin du programme.

« Le Master « Sports Industry Management » prépare les étudiants à être des leaders et des innovateurs dans l'industrie -  et pas seulement pour des postes dans le Marketing. » explique Antoine Haincourt, Chef du programme. « Cela les aidera à obtenir des postes de direction qui mèneront l'industrie vers de nouveaux horizons. »

Plus précisément, les diplômés du Master ont trouvé un emploi dans :

  • Marketing
  • Développement des affaires
  • Gestion de projet
  • Conseil
  • Logistique & achats

et dans des sociétés telles que Decathlon, KPMG, Puma, Nike, Amer Sport, Vente-privée.com, Oxylane, Hi-Tech Sports, Reusch International, Olympique Lyonnais football club et Salomon.

L'école a été reconnue comme la numéro 3 des meilleures écoles de commerce en France en 2019 par Eduniversal. Trois des principaux critères étant les salaires de départ après l'obtention du diplôme, la réputation du programme auprès des entreprises et le niveau de satisfaction exprimé par les étudiants. En outre, l’école occupe le 34e rang du classement mondial de l'employabilité des universités du Times Higher Education.

Le programme

La haute qualité de l'enseignement, une approche internationale et sa proximité avec les entreprises sont les principaux atouts du Master « Sports Industry Management ».

© emlyon

Le Master contient une formation de gestion avancée dans laquelle les étudiants apprennent la gestion des affaires, la culture sportive internationale, la responsabilité sociale, le marketing, la comptabilité, l'analyse commerciale, l'entrepreneuriat et les stratégies de gestion.

En conséquence, le programme est conçu pour donner aux étudiants un ensemble assez large de compétences afin qu’ils puissent comprendre la dynamique, les avantages et les défis de ce monde mais pour qu’ils puissent surtout façonner l'industrie de demain.

Enfin un semestre d'échange à Shanghai, des voyages au Royaume-Uni, dans les Alpes françaises et en Allemagne garantissent une compréhension internationale de l’industrie du sport.

Application

Les candidatures se déroulent de novembre à août 2020.

Les conditions sont les suivantes :

  • Baccalauréat (ou équivalent)
  • Résultats des tests GMAT / GRE / TAGE MAGE / CAT (facultatif)
  • Score de test de compétence en anglais (pour les anglophones non natifs)

La sélection des candidats se fait dans une évaluation globale, en tenant compte de l'ensemble du potentiel, des antécédents et de la motivation du candidat.

Pour des informations plus détaillées, vous pouvez en savoir plus sur le programme et l'application ici. .


Les autres articles qui pourraient vous plaire :

Étudier l’E-sport : les différents Bachelor en Europe

Trouvant son chemin dans la culture pop actuelle et dans des modèles commerciaux innovants, l'E-sport a suivi une croissance explosive en passant d'une petite niche à une industrie en pleine croissance avec un chiffre d'affaires de 1,1 milliard de dollars en 2019 ¹. L’E-sport étant reconnu comme un sport professionnel et une industrie en pleine croissance, le besoin de diplômés et de professionnels évolue rapidement.

Bien qu'il y ait eu plusieurs programmes d’étude aux États-Unis depuis des années, l'E-sport est enfin un sujet à venir pour les écoles européennes, avec des diplômes de bachelor et de master en 2019 et 2020 en Allemagne, en France, au Royaume-Uni et en Finlande.

S'il ce sont les études qui vous intéresse, voici 9 écoles où vous pourrez étudier l'E-sport.

Allemagne

Medienmanagement chez HS Mittweida

Aperçu

  • Domaine d'études: Media Management
  • Diplôme : Bachelor of Arts
  • Où: Mittweida, Saxe, Allemagne
  • Durée: 3 ans (6 semestres)
  • Langue: allemand

Contenu

Le HS Mittweida est la première école publique en Allemagne (pour le moment) offrant une possibilité d'étudier l'E-sport - mais pas comme un cursus général.  À Mittweida, les étudiants qui étudient la gestion des médias peuvent approfondir leurs études en E-sport et en marketing de jeux à partir du troisième semestre.

En quatre semestres, les étudiants apprennent l'ensemble du processus de création des modèles commerciaux de l'E-sport, mais étudient surtout le processus de développement et la commercialisation de jeux et d'événements.

En savoir plus sur le site Web de l'école : https://www.me.hs-mittweida.de/studienangebote/informationen-fuer-bewerber/medienmanagement.html [DE]

E-sports Management chez HAM (Hochschule für angewandtes Management)

Aperçu

  • Domaine d'études : Business Management
  • Diplôme : Bachelor of Arts
  • Où: Munich | Berlin | Dortmund | Hambourg | Vienne, Autriche
  • Durée: 3,5 ans (7 semestres)
  • Langue: allemand

Contenu

Officiellement, c’est la première école à offrir un diplôme d'E-sports en Allemagne. HAM a créé un diplôme de commerce E-sports à orientation pratique. Les points focaux du programme sont :

  • Gestion d'événements E-sport
  • Gestion d'équipes E-sport
  • Marketing E-sport
  • Innovation numérique de l'industrie du jeu

Le programme d'études est semi-virtuel, il est donc divisé entre des cours en ligne et sur place. C’est un gros avantage pour la flexibilité : en plus d’étudier à temps plein, HAM offre également la possibilité d’étudier à temps partiel.

En savoir plus sur le site Web de l'école: https://www.fham.de/studiengaenge/bachelor/E-sports-management/ [DE]

E-sports & Game Management chez Macromedia Fachhochschule

Aperçu

  • Domaine d'études: Media and Communication Management
  • Diplôme : Bachelor of Arts
  • Où : Munich | Cologne | Hambourg
  • Durée: 3,5 ans (7 semestres avec 1 semestre d'échange)
  • Langue: allemand

Contenu

Le cursus de Macromedia est peut-être le plus complet en ce qui concerne les principes commerciaux de l'E-sport en Allemagne. Il cible les étudiants qui souhaitent atteindre un poste de direction dans l ‘E-sports, que ce soit pour le développement de jeux, les athlètes ou les événements.

Les six cours principaux sont :

  • Recherches empiriques et statistiques
  • Principes de la communication sportive et des sciences du sport
  • Gestion des athlètes et marketing sportif
  • Principes de la gestion de l’E-sport et des jeux
  • Les entreprises de l’E-sport et de jeux
  • Gestion d'événements E-sport

En savoir plus sur le site Web de l'école : https://www.macromedia-fachhochschule.de/bachelor-studium/medienmanagement/E-sports-und-games-management.html [DE]

Royaume-Uni

Le système d'enseignement privé au Royaume-Uni est probablement le terrain de jeu idéal pour les étudiants intéressés par le numérique et par l'E-sport. En se finançant grâce à des frais de scolarité plus élevés, les écoles ont la possibilité de fournir un équipement haut de gamme qui porte leurs cours à un niveau supérieur. Si vous pouvez vous permettre de payer environ 13.000 £ pour vos études, nous vous recommandons de regarder de plus près les écoles suivantes.

E-sports BA (Hons) à Staffordshire University

Aperçu

  • Domaine d'études : Business Management
  • Diplôme : Bachelor of Arts
  • Où : Stoke-on-Trent | Londres
  • Durée : 3 ans
  • Langue : anglais

Contenu

Avec des cours comme les arts des jeux, la culture, le design et un institut numérique à Londres, la Staffordshire University s'est imposée comme une «université des jeux» au Royaume-Uni. L'élargissement de leur offre avec un BA en E-sports n'était que la prochaine étape logique.

Grâce à une approche pratique, les étudiants apprendront le commerce électronique dans des projets pratiques, l'organisation d'événements en solo et en équipe et la gestion des athlètes jusqu'à une expérience marketing complète de la diffusion, du montage vidéo, de la création de contenu et de l'analyse. Pour cela, l'université de Staffordshire est équipée d'installations de formation pour les joueurs professionnels, d'une arène d'E-sport, d'une salle de contrôle avec des ordinateurs de haute technologie pour l'édition, le mixage et etc.

En savoir plus sur le site Web de l'école : https://www.staffs.ac.uk/course/E-sports-ba

E-sports BA (Hons) à l'Université de Chichester

Aperçu

  • Domaine d'études : Business Management / Media Sciences
  • Diplôme : Bachelor of Arts
  • Où : Chichester, West Sussex
  • Durée : 3 ans
  • Langue : anglais

Contenu

https://www.youtube.com/watch?v=1vN3U98SR68&

Pour résumer en une phrase, le diplôme E-sport de l'Université Sheffield Hallam enseigne des compétences commerciales et médiatiques fondamentales pour l'industrie de l’E-sport, l'organisation d'événements, la gestion d'équipes et pour le reporting sur les compétitions.

Les compétences et les connaissances nécessaires sont transmises via un mélange de conférences, séminaires, exercices et activités pratiques dans leur salle de radio, salle de télévision et salle de rédaction.

Pour le projet final du programme, les étudiants travailleront avec des clients de l'industrie de l'E-sport pour organiser un événement en direct.

En savoir plus sur le site Web de l'école : https://www.shu.ac.uk/courses/event-management/ba-honours-E-sports/full-time

E-sports BA (Hons) - Gestion d'événements à Sheffield Hallam University

Aperçu

  • Domaine d'études : Event Management & Media Training
  • Diplôme : Bachelor of Arts
  • Où : Sheffield, Yorkshire du Sud
  • Durée : 3-4 ans
  • Langue : anglais

Contenu

Contrairement à d'autres programmes de gestion d'entreprise, l'Université de Chichester a une approche plus scientifique dans l'enseignement de l’E-sport. Tout en examinant la production d'événements, la promotion, le parrainage, le jeu et la coopération, les cours sont également construits autour des sciences du sport, de la psychologie et de l'éthique – qui sont d’ailleurs des compétences également utiles pour d'autres études de troisième cycle ou des emplois dans diverses industries.

Cependant, le côté pratique n'est pas non plus négligé avec les sessions de développement des compétences pour les joueurs, l'organisation de compétitions et les stages.

En savoir plus sur le site Web de l'école : https://www.staffs.ac.uk/course/E-sports-ba

France

La spécialisation de vos études dans l'E-sport en France n'est possible que dans une école privée. Toutes les plus intéressantes les unes que les autres, les écoles en France sont le fruit du partenariat du groupe IONIS avec XP, l'école internationale d'E-sport et de jeux.

XP, l'école internationale d'E-sport et de jeux

Aperçu

  • Domaine d'études : Business Management
  • Diplôme : Bachelor of Arts
  • Où : Paris | Lille | Lyon | Bordeaux | Marseille | Rennes | Strasbourg
  • Durée : 3 ans
  • Langue : français

Contenu

https://www.youtube.com/watch?v=mBcuGQ9I0hY

Les cours XP se concentrent sur la gestion d'événements et le marketing. En commençant par enseigner les principes fondamentaux de l'industrie des sports électroniques, les étudiants acquerront rapidement les connaissances nécessaires pour approfondir leurs compétences dans des projets pratiques. Les principaux piliers du programme XP sont :

  • Maîtrisez les fondamentaux
  • Consolider les connaissances pour les mettre en pratique
  • Maîtrisez les compétences et développez vos propres projets

Après l'obtention du diplôme, les étudiants peuvent travailler dans la création d'événements et de tournois, le marketing numérique et la gestion de communauté.

En savoir plus sur le site Web de l'école : https://xp.school/Le-Programme/Cycle-Bachelor/ [FR]

E-sport & Gaming chez ISEFAC Bachelor (IONOS Group)

Aperçu

  • Domaine d'études : Communication Management
  • Diplôme : Certifie par I’État Niveau II (Bachelor)
  • Où : Paris | Bordeaux | Lille | Lyon | Montpellier | Nantes | Nice
  • Durée : 3 ans
  • Langue : français

Contenu

Un cursus classique de communication et de gestion d'entreprise avec un accent sur l’e-sport. Le programme est un mélange de communication, de marketing et de gestion d'événements avec des bases en psychologie, sciences sociales et comptabilité. Ainsi, le diplôme de l'ISEFAC vous prépare aux métiers du jeu dans la gestion, la communication et l'organisation d'événements.

En savoir plus sur le site Internet de l'école : https://www.isefac-bachelor.fr/bachelor/E-sport-et-gaming/ [FR]

Finlande

E-sports Business à la KAMK University of Applied Sciences

Aperçu

  • Domaine d'études : Business Management
  • Diplôme : Baccalauréat en administration des affaires
  • Où : Kajaani, Finlande
  • Durée : 3,5 ans
  • Langue : anglais

Contenu

Ce cours vise à donner un aperçu complet des opérations de l'E-sport en tant qu'entreprise. Ce diplôme se concentre sur la gestion et le leadership, ainsi que sur la gestion d'événements et les opérations internationales.

L'objectif de l'université pour les joueurs est de maintenir leurs loisirs personnels pendant leurs études (un avantage indéniable !). C’est pourquoi, Kajaani fournit des ordinateurs de jeu de haute performance sur le campus à l'usage des étudiants en dehors des heures de cours.

En savoir plus sur le site Web de l'université : https://www.kamk.fi/en/Applicants/International-Degrees/Bachelors-Degree-in-E-sports-Business/c0b4b339-642a-43b5-a527-6fbbd7363de4


Sources :

1 https://www.businessinsider.com/esports-ecosystem-market-report?r=DE&IR=T


Les autres articles qui pourraient vous plaire :

Questionnaire: La digitalisation, la carrière et le sport

Notre travail quotidien et nos métiers sont de plus en plus imbriqués dans le monde numérique !

La digitalisation façonne les emplois, les descriptions de travail et les possibilités de carrière dans toutes les industries. L'industrie du sport n’est pas une exception. Des modèles d'affaires purement numériques à l'infrastructure numérique comme colonne vertébrale de notre travail quotidien :

La planification de carrière dans l'industrie du sport exige de plus en plus une bonne connaissance des outils et de l'économie numérique.

Dans le même temps, l'industrie du sport s'accorde à reconnaître qu'il faut davantage de talents numériques pour relever les défis de demain. Avec cette enquête, nous voulons combler un fossé de connaissances évident entre les talents et les entreprises : Quels talents et compétences non découverts l'industrie du sport pourrait-elle utiliser ? Quelles sont les attentes des employés potentiels qui ne travaillent pas (encore) dans le sport et que devrait faire l'industrie pour retenir les talents numériques?

Veuillez prendre 5 minutes pour remplir le questionnaire et partager votre expérience personnelle sur la digitalisation, la carrière et le sport avec nous. Les résultats seront présentés au Sommet sur la digitalisation de l'ISPO qui se tiendra les 3 et 4 juillet 2019.

Parmi tous les participants, nous tirerons au sort 5 sessions individuelles de coaching de carrière de notre partenaire Sportyjob ainsi que 2 billets pour le ISPO Digitize Summit (03.-04. juillet 2019).

>> Commencez questionnaire

Comment choisir le poste qui vous correspond dans l’industrie du Sport ?

A whiteboard might help for making decisions
Eh bien voilà, après de longues semaines d’envoi de CV, d'entretiens passés, vous avez finalement obtenu la première réponse positive pour un poste dans l’industrie du Sport ! Whaou, quel sentiment génial ! Mais attendez une seconde ; est-ce vraiment le meilleur choix ? Ne devriez-vous pas attendre que d'autres entreprises vous répondent ou même continuer de contacter d'autres employeurs avant de signer le contrat ? Ce choix n'est certainement pas facile à faire, surtout lorsque votre employeur potentiel aimerait avoir une réponse le plus tôt possible et que toutes les autres entreprises tardent à vous répondre. Mais que faire ? Signer simplement le contrat ou attendre et pousser sa chance au maximum pour obtenir une meilleure offre dans une autre entreprise ? Pour se décider, nous pensons qu'il y a quatre critères essentiels : les missions, l'entreprise, l’emplacement et la rémunération. En ce qui concerne ces points, chacun doit les classer en fonction de ses propres critères et selon le degré d’importance.

Les missions

Bien évidemment, vous ne décrocheriez pas un emploi dans l’industrie du sport si vous n'étiez pas suffisamment qualifié et apte à occuper ce poste. Mais parfois, certains sont assez désespérés pour postuler à des postes dans le sport qui ne les intéressent pas. À ce stade, vous devez vous demander si vous serez heureux et satisfait à l'avenir dans cette entreprise et à ce poste. Existe-t-il des possibilités de formation continue interne attrayantes ? Le contenu des missions est-il assez excitant pour que cela vous intéresse sur le long terme ? L’entreprise fournit-elle toute le degré de responsabilité, la créativité et l'espace de développement que vous souhaitez ?

L’entreprise

Ce critère consiste à vous demander si vous êtes en accord avec l'entreprise, son activité, sa vision, sa philosophie, ses valeurs et ses produits. Êtes-vous capable de défendre les conditions de production ? Comment s'est passée la première impression lors de votre entretien d'embauche ? Comment semble être le climat de travail ? Pouvez-vous vous identifier à l'entreprise ? Bien évidemment, vous postulez seulement dans des entreprises qui semblent être des employeurs dignes de confiance. Mais parfois, lors d’un entretien, il est possible de remarquer que l’idée que vous vous étiez faite de cette entreprise, était fausse.

L’emplacement

Eh bien, cela peut sembler un peu banal, mais l'emplacement de l’entreprise est en effet un facteur important. Bien évidemment, vous pouvez faire de n'importe quel endroit du monde votre maison, mais à la fin, vous y passerez toute votre vie (même si ce n'est qu'un an - la vie est trop courte pour la gâcher). Pensez donc à ce dont vous avez besoin pour être heureux : des amis et de la famille proches ? Souhaitez-vous travailler à l'étranger ? Comment est l'infrastructure ? Avez-vous besoin de loisirs à côté de l’entreprise pour être heureux ?

La rémunération

Le quatrième critère est, bien évidemment, la rémunération. Est-elle dans la fourchette que vous vous étiez programmé ? Avez-vous des critères plus importants que la rémunération ? Bien évidemment, les critères mentionnés ici ne sont que des exemples - chacun doit décider, selon ses propres critères, ce dont il a besoin et ce qui est essentiel. Mais comme de nos jours nous avons tendance à réfléchir à deux fois (trois fois, quatre fois...) sur nos choix de carrière, nous espérons que cet article vous aidera pour prendre vos décisions professionnelles. _________________________________________________________________________________ Vous êtes toujours à la recherche d'un emploi dans le l’industrie du sport et vous souhaitez de plus amples informations ? Jetez un coup d'œil à notre série d’article sur la façon pour trouver le poste qui vous correspond dans l’industrie du Sport : Comment trouver le poste qui vous correspond dans l’industrie du Sport - partie 1 : les différentes divisions sportives - partie 2 : les employeurs potentiels - partie 3 : quels types d'emplois les entreprises de l'industrie du sport offrent-elles ? - partie 4 : quand il y a une volonté, il y a un moyen.

Les 8 questions les plus courantes dans les entretiens d’embauche et comment y répondre

Même si les questions d'un entretien diffèrent pour chaque entreprise, il y en a une poignée qui apparaît presque à chaque fois. Pour certaines questions, il peut être facile d'y répondre, mais difficile pour d'autres. C’est pourquoi nous sommes là pour vous aider. Que vous venez tout juste d'obtenir votre diplôme ou que vous êtes travaillez déjà dans l’industrie du sport, voici des conseils sur la façon de répondre aux questions les plus courantes lors des entretiens d’embauche.

Les 8 questions les plus courantes dans les entretiens d'embauche :

1 « Parlez-moi de vous »

2 « Où vous voyez-vous dans 5 ans ? »

3 « Quelle est votre plus grande faiblesse ? »

4 « Sur une échelle de 1 à 10, comment vous évalueriez-vous vos compétences ? »

5 « Pourquoi voulez-vous travailler pour cette entreprise ? »

6 « Parlez-moi d'un moment où vous avez fait preuve de … »

7 « Avez-vous déjà été licencié ? »

8 « Avez-vous des questions ? »

"Parlez-moi de vous"

La plupart du temps, c'est l'une des premières questions que votre interlocuteur vous posera. Normalement, vous devez réciter votre CV, mais ne vous contentez pas de le l’énumérer complètement. Le recruteur connaît normalement votre CV et en a probablement même un exemplaire devant lui. Utilisez plutôt ce moment comme une opportunité et montrez les étapes de votre vie professionnelle qui vous semble les plus pertinentes pour vous et pour le poste pour lequel vous postulez. Cela montrera votre capacité à synthétiser et servira à mettre en valeur vos qualités pour le poste.

 

"Où vous voyez-vous dans 5 ans ?"

Que vous soyez une personne qui planifie à l'avance ou que vous préférez être spontané et voir où la vie vous mène, votre réponse doit être honnête. Vous n'avez pas besoin d'un plan concret pour répondre. Ce qu'ils aimeraient savoir sur vous, c'est si vous êtes ambitieux et possiblement un employé fidèle. Vous devriez également reformuler la question dans votre tête et répondre en conséquence : « Si vous êtes toujours dans cette entreprise, où vous voyez-vous dans 5 ans? ».

Cela pourrait être quelque chose comme: « J'aime l'idée de faire mes preuves dans cette entreprise et de faire progresser ma carrière en offrant une valeur ajoutée à l’entreprise au fil des ans. »

 

"Quelle est votre plus grande faiblesse ?"

La réponse la plus clichée que nous ayons entendue ? Probablement "Je suis  perfectionniste". Cela prouve que vous n'avez pas compris le but de cette question. Le but est de découvrir les points forts d'une personne : si elle est réfléchie et capable de s'auto-analyser dans son environnement. La meilleure façon de répondre à cette question est d'être honnête au sujet de votre faiblesse. Gardez à l'esprit que cela est censé être lié au travail - vous n'avez pas besoin de partager de problèmes personnels.

De plus, ajoutez la façon dont vous avez géré votre faiblesse par le passé, en montrant que vous êtes en mesure de fournir des solutions.

 

"Sur une échelle de 1 à 10, comment vous évalueriez-vous vos compétences ?"

Que ce soit à propos de vous ou de Word, Excel, Photoshop ou tout autre logiciel, cette question tactique revient dans tous les entretiens d’embauche. Nous allons vous faire part de quelque chose de notre expérience de chasseur de têtes : la question n'est pas vraiment sur les compétences, mais sur la façon dont vous êtes capable de vous évaluer.  Faites attention à ne pas être trop prétentieux ! La réponse «Clairement un 10 !» est probablement exagérée dans la plupart des cas. Il y a toujours de la place pour s'améliorer, s'entraîner et acquérir de nouvelles compétences, mais vous ne pouvez pas changer une première impression. Soyez honnête au sujet de votre ensemble de compétences, donnez-leur un aperçu clair en entrant un peu dans le détail de vos connaissances (c’est d’ailleurs là où se trouve clé). Mais admettez également dans quels domaines vous pourriez faire mieux. Si vous montrez que vous êtes désireux d'apprendre et que vous seriez reconnaissant de vous améliorer tout au long de votre travail, cela en dit long sur votre attitude au travail - et les recruteurs le marqueront comme une force.

 

"Pourquoi voulez vous travailler pour cette entreprise ?"

Cela devrait être une évidence – si et seulement si vous souhaitez travailler dans cette entreprise en question. Il peut être difficile de répondre quand vous n'êtes pas vraiment pas vraiment intéressé.

Dans tous les cas, s'informer préalablement sur votre futur employeur est la clé pour formuler votre réponse. Découvrez ce qu'ils apprécient, quelles informations ils mettent en valeur sur leur site web et intégrez-les dans votre réponse. Bien sûr, vous pouvez toujours partager votre intérêt personnel - peut-être avez-vous un souvenir avec l’entreprise, vous aimez ses produits ou ses services.

 

« Parlez-moi d'un moment où vous avez fait preuve de … » (exemple : résistance au stress)"

Probablement la question la plus concrète - qui nécessite une réponse concrète. Votre interlocuteur veut savoir comment vous réagiriez dans une situation particulière. Une manière classique de répondre à cette question est le format dit STAR :

• Quelle était la situation

• Quelle était votre mission

• Quelle mesure(s) avez-vous prise(s)

• Quel a été le résultat

En suivant ces règles simples, vous serez en mesure de répondre concrètement à cette question.

 

« Avez-vous déjà été licencié ? »

Ce n'est pas une question courante mais comme nous savons que c'est l'une des plus difficiles à répondre, nous avons quand même voulu l'intégrer dans notre article. Quelle que soit la raison pour laquelle vous avez été licencié, il y a deux règles à suivre pour y répondre :

1. Ne blâmez pas votre ancien employeur

2. Concentrez-vous sur le positif et les opportunités qui en sont ressorties

Soulignez que vous êtes enthousiasmé par la nouvelle opportunité de faire vos preuves, de poursuivre un nouveau poste qui vous convient mieux.

 

"Avez-vous des questions ?"

Oui ! La réponse à celle-ci est toujours oui. Cela montre que vous vous souciez de votre intérêt et de votre emploi.

Les questions possibles pourraient être :

• Qu'a fait la personne précédente à ce poste pour réussir dans son rôle ?

• Quelles sont les possibilités d'évolution de ce poste au cours des prochaines années ?

• Qu'est-ce qui indique le succès de cette entreprise ?

• Pourriez-vous décrire une journée typique de ce poste ?

• Puis-je vous contacter si je pense à une question ?

Bien sûr, un entretien d'embauche ne porte pas seulement sur les questions posées, mais aussi sur votre langage corporel et votre apparence. Nous avons également préparé des conseils à ce sujet dans un article de notre blog « Comment réussir un entretien d’embauche ».