Comment construire un réseau quand vous êtes débutant dans l’industrie du sport

Donc tu as réussi à faire quelques contacts mais que fais tu après? Si vous les laissez simplement glisser, c'est une cause perdue. Comme dans toute relation, même un réseau professionnel a besoin d'attention et de soins. Il est essentiel de rester en contact avec les connexions que vous avez faites. C'est peut-être sur le plan personnel comme si vous déjeuniez (au cas où vous vous entendriez personnellement). Une approche plus professionnelle serait de se rencontrer lors d'événements auxquels vous partagez tous les deux un intérêt. Une simple information comme "Hey, je serai à l'ISPO en janvier - et ce serait formidable de se retrouver". D'autre part, continuez à travers les réseaux sociaux ou E-Mail. Il suffit de demander un avis sur un sujet professionnel ou de partager un contenu intéressant - car n'oubliez jamais que la base d'un réseau d'affaires est votre métier. Donc, même si les memes partagés peuvent être amusants de temps en temps, n'en faites pas trop.

Un stage dans l’industrie du sport : Notre nouvelle stagiaire, Linda

L'équipe Sportyjob à Biarritz
Comment se passe un stage dans l’industrie du sport ? Vais-je m’intégrer, satisferai-je les attentes de mon patron et collègues et ai-je même ce qu’il faut avoir pour réussir chez Sportyjob ? Mes pensées étaient remplies de beaucoup plus que ces trois questions délicates quand je suis arrivée au bureau à Biarritz le premier jour de mon stage. J’étais – et le suis toujours – enthousiaste de faire partie de l’équipe Sportyjob et sa croissance constante. Le jour où j’ai appris que Lennart et Andy aimeraient que je travaille avec eux, je me suis sentie très heureuse et confiante d’une part mais en même temps, un sentiment d’incertitude et de curiosité m’a envahie. J’aimerais bien vous donner un aperçu de comment tout cela a commencé, ce que j’ai fait auparavant au niveau des mes études et pourquoi j’ai voulu lancer ma carrière dans l’industrie du sport. C’est parti ! Le cours de ma carrière professionnelle a commené quand j’ai quitté ma ville natale en Allemagne pour passer un an à l’étranger aux Etats-Unis en 2010. Je décidais de faire partie d’un programme d’échange d'étudiant quand j’avais 15 ans et heureusement, je fus placée à Petal, Mississippi où beaucoup d’influences ont commencé à former ma personnalité. J’ai toujours été à la recherche des défis sportifs et j’ai aimé pratiquer des sports pendant mon temps libre. Par contre, je n’aurais jamais imaginé que l’industrie du sport puisse faire partie de ma carrière un jour. Le pas suivant qui a affecté ma décision concernant les programmes d’études et par conséquent, mon développement professionnel, était le « gap year » après avoir passé le bac allemand en 2013. J’ai passé six mois en Australie essayant de découvrir quelle voie choisir – mais mon séjour là-bas n’a pas donné de réponse au final – je me suis retrouvée dans un impasse. Après être retournée chez moi en Allemagne, je me suis inscrite à l’université s’appelant Westsaechsische Hochschule Zwickau pour y commencer mes études, un Bachelor de « Languages and Business Administration » avec l’option français. Là aussi, je faisais pas mal de sport pour décompresser après une longue journée de cours. Je me suis demandée avec quel type de travail je pourrai combiner ma passion pour le sport et le besoin d’avoir un bon emploi qui paie les factures.. Etant donné que le programme de mon Bachelor allemand prévoit une année à l’étranger, je me suis installée dans le sud de la France pour y faire une licence professionnelle en GPOD (gestion des petites organisations durables) à l’université de Perpignan. Les mois en cours à l’université se sont passés plus vite qu’imaginé et voilà, le premier jour du stage me faisait en face. Comme mentionnée avant, l’équipe de Sportyjob m’a bien accueillie dès le premier moment et je n’ai pas tardé à commencer à être curieuse concernant la région et mon travail à Biarritz. C’est vrai, ca ne fait pas trop longtemps que je travaille chez Sportyjob, mais je crois déjà que je profite de savoir et savoir-faire qui me sont transmis chaque jour par mes patrons et mes collèges. Je suis impatiente d'en apprendre plus et d'améliorer mes compétences dans les semaines suivantes. Je suis convaincue que tout ce que j’apprends en ce moment, va non seulement m’aider dans ma vie professionnelle mais également dans ma vie privée. Mon conseil ? N’hésite pas à postuler ! Si l’industrie du sport te tente, n'attends pas vu que les offres sont rapidement pourvues. Je ne l'invente pas, je le vois sur Sportyjob ! Alors, c’est à toi ! Bon courage ?

Comment profiter de la période d’essai de votre nouvel emploi

réunion d'équipe

Maintenant que nous avons parlé du premier jour dans une nouvelle entreprise et des différents pièges à éviter, nous allons faire un pas de plus et consacrer cet article à la période d'essai et à la manière avec laquelle on peut la passer plus facilement.

Une période d'essai ? Pardon ?

Tout d'abord, tout le monde doit garder à l'esprit que la période d'essai ne signifie pas « période horrible », dans laquelle on ressent de la pression et où l'on doit faire ses preuves. En fait, c'est plutôt un rendez-vous, où l'on apprend beaucoup sur l'entreprise elle-même, sur son patron, sur l'équipe et tout l'environnement de travail. Et si l'alchimie n'est pas bonne, vous pouvez refuser le poste sans problème et/ou sans devoir faire des efforts. Vu de cette façon, ça semble tout à fait correct, non ? Il faut bien admettre que le fait de n'avoir presque pas de jours de congé n’est pas agréable, mais d'un autre côté, de longues interruptions pendant les premiers mois ne vous aideraient pas à vous intégrer correctement dans l’entreprise. En ce qui concerne la durée, une période de six mois maximum est assez courante pour la période d'essai. Parfois, les salariés sont autorisés à prendre des jours de congé pendant la période d'essai, mais l'expérience montre certains employeurs n’y sont quand même pas favorables.

Au secours ! Je dois partir d'ici !

Pour être heureux et satisfait de son travail, de nombreux facteurs doivent être réunis. Si vous constatez que vous ne vous n’échangez jamais avec vos collègues et que votre patron est plutôt autoritaire, vous devez saisir l'occasion de partir de cette entreprise dans laquelle vous ne vous sentirez pas bien. Comme la période d'essai est généralement assortie d'un délai de préavis de 14 jours seulement, vous pouvez facilement démissionner si votre nouvel emploi ne vous plaît pas. Mais, même si l'entreprise n'est plus particulièrement intéressante pour vous, essayez de garder un bon comportement. Dans l'industrie du sport en particulier, tout le monde se connaît donc votre comportement (s’il est bon) vous amènera à trouver un poste ailleurs.

Je veux rester ! Mais comment ?

Celui qui trouve le poste de ses rêves pendant la période d'essai doit bien sûr tout faire pour signer le "vrai" contrat de travail après ces six mois d'essai. Pour atteindre cet objectif, nous avons recueilli quelques conseils pour vous :

  • Socialiser : Essayez de vous constituer un réseau, participez à des activités de loisirs proposées par l’entreprise ou par vos collègues et faites aussi des propositions d’activité.
  • Travailler en équipe : Essayez de rester modeste au travail - personne n'aime les grincheux et les vantards ! Si vous avez des questions, demandez conseil à vos collègues.
  • Règles tacites : En général, il y a beaucoup de règles inexprimées dans une entreprise qui doivent être identifiées, car souvent il est important de ne pas les enfreindre. De même, l’organisation interne de l’entreprise peut vous sembler un peu étrange au début - dans ce cas, demandez d'abord pourquoi c’est organisé de cette façon, avant de critiquer.
  • Critique : Demandez régulièrement à votre patron de vous donner son avis et essayez de bien le prendre et de convertir ses paroles en motivation.

Nous vous souhaitons bonne chance pour votre période d'essai !

Comment survivre au premier jour d’un nouvel emploi dans l’industrie du sport

premier jour d'un nouvel emplo

Oui, après des jours d'attente interminables et éprouvants, d'espoir et de doutes, vous recevez enfin l'appel le plus important de votre vie : Vous venez de décrocher l'emploi de vos rêves ! Maintenant, vous pouvez vous pencher en arrière, être heureux et vous détendre. Mais malheureusement, le plus dur n'est pas fini : vous devez encore survivre à la première journée de votre nouvel emploi, ce qui peut être très délicat, car il n'y a jamais de seconde chance pour une première impression.

S'habiller pour impressionner

Et hop, c'est reparti pour les conseils en matière de tenue vestimentaire ! Nous savons que c'est un peu ennuyeux, mais l'habillement doit toujours être étudié avec soin, surtout lors des premiers contacts avec votre (vos) patron(s) et vos collègues. Si votre entretien pour un emploi a eu lieu dans les locaux de l'entreprise, vous avez peut-être déjà une idée du code vestimentaire de l’entreprise (plutôt décontracté ou à l’inverse sérieux), mais si vous avez été recruté via Skype, les choses commencent à se compliquer. Dans ce cas, il est toujours bon de s'habiller presque aussi élégamment que pour un entretien d'embauche. Mais, n'exagérez pas trop non plus.

Informez-vous sur vos collègues

À une époque où tout le monde a une présence sur les réseaux sociaux et peut facilement être trouvé via Google, vous pouvez vous préparer à votre première journée de travail en recueillant quelques informations sur votre patron et vos futurs collègues. Ne vous inquiétez pas, ce genre « d’espionnage » est tout à fait normal, car vous ne pourriez pas voir ces informations si ces personnes ne veulent pas qu'elles soient accessibles. Cela vous aidera beaucoup à vous souvenir des noms (ce qui est très important si vous voulez faire bonne impression) et il est toujours bon d'avoir déjà quelques sujets sur lesquels vous pouvez engager la conversation à la pause déjeuner ; n'est-ce pas ?

La pause déjeuner

Cela nous conduit directement à un point critique lors de la première journée de travail : la pause déjeuner. C'est toujours un peu comme à l'école, où pendant la pause déjeuner, il y avait deux groupes : les enfants « cool » et les moins « cool ». Pour éviter d'être exclu ou d'être assis par erreur à la table du PDG lors de la première journée, il suffit de demander dès le matin à l'un de vos collègues comment s’organise la pause déjeuner. Ne vous inquiétez pas, ils comprendront vos inquiétudes. Tout le monde est passé par là.

L’email de présentation

Dans de nombreuses entreprises, il existe malheureusement une règle non écrite selon laquelle, lors de votre premier jour dans une entreprise, vous pouvez (voire devez) vous présenter à toute l'entreprise en envoyant un email à tous les employés de l’entreprise ou au moins à l’équipe avec laquelle vous allez travailler. Essayez de rester aussi simple que possible, une ou deux phrases suffisent. Il est même bien d'inclure une photo de vous. Oh et au fait : apporter un gâteau/des muffins...pourrait aussi être une règle non écrite ;-)

Quoi d'autre ? Les détails

Soyez ponctuel (mais pas trop, c'est ringard :)), souriez, essayez d'être attentif, ne soyez pas autoritaire et essayez de régler les malentendus le plus rapidement possible. Soyez aussi comme une éponge et regardez comment les gens font les choses - où et à quelle fréquence prennent-ils le café ? Qui fait la vaisselle ? Quel réfrigérateur utiliser ? Et surtout : Demandez si quelque chose n'est pas clair (et il y aura beaucoup de choses confuses dans une entreprises !)

Si vous cherchez des informations complémentaires sur ce sujet, il existe de nombreux rapports de terrain intéressants, par exemple sur Twenty Something Livin' , Bloomberg Business Week et Business Insider.