D’athlète internationale à Directrice Marketing chez Kipling : découvrez le parcours d’Hanane Sabri !

Hanane Sabri, Directrice Marketing de Kipling à Hong-Kong (une marque de VF Corporation), travaille dans l’industrie du sport et du lifestyle depuis plus de 20 ans. Et pourtant Hanane a fait ses débuts dans l’industrie avec une double carrière : avant de commencer sa vie professionnelle, elle était une athlète française de haut niveau qui a participé à des compétitions nationales et internationales. Elle a été championne de France au 1500 mètres en 2001 à Saint-Etienne et a participé aux Championnats du monde d’athlétisme 2001 à Edmonton. En même temps que l’apogée de sa carrière sportive, elle a fait ses débuts dans l’industrie des articles de sport, ce qui lui a permis de débuter brillamment sa vie professionnelle.

Ce qui illustre bien sa personnalité c’est qu’Hanane a atteint le plus haut niveau dans une discipline sportive qui se pratique en short en tant que femme musulmane et a aujourd’hui atteint un poste de direction dans une industrie à prédominance masculine tout en étant mère de deux enfants. Elle a remis en question les hypothèses sur les rôles féminins dans les sports et l’économie du sport.

Alors, que pouvons-nous apprendre de son succès ? En retraçant sa carrière d’athlète, de professionnelle du marketing et de mère, Hanane Sabri partage avec nous un aperçu de son parcours, de ses valeurs et une leçon de vie.

SJ : Vous avez mené un début de carrière professionnelle en même temps que votre carrière d’athlète pendant près de 8 ans. Comment avez-vous réussi à mener les deux de front ?

HS : Je suis issue d’une famille d’ouvriers, où « travailler dur » était une valeur primordiale dans mon éducation. Mes parents étaient obligés de travailler dans des conditions très difficiles dans le Nord de la France pour subvenir aux besoins de notre famille. Ils ont donc tout donné au travail, sans jamais se plaindre au retour à la maison. Depuis toute petite, j’ai compris que pour réussir il fallait travailler intensément et être persévérant pour atteindre ses objectifs. Ma carrière d’athlète me l’a d’ailleurs toujours enseigné : je n’ai pas été championne de France du 1 500 mètres en claquant des doigts et aucun athlète non plus ; ni même le talentueux Usain Bolt !

C’est simple : pour réussir sa carrière professionnelle il faut travailler dur, pour réussir sa vie de maman il faut travailler dur, pour réussir sa carrière d’athlète il faut travailler dur, pour réussir sa vie de couple, il faut travailler dur et etc ! Pour tout, il faut toujours donner le meilleur de soi-même et surtout être à l’écoute des autres mais aussi de son corps pour arriver à la performance !


"J’ai compris que pour réussir il fallait travailler intensément et être persévérant pour atteindre ses objectifs. Ma carrière d’athlète me l’a d’ailleurs toujours enseignée : je n’ai pas été championne de France du 1 500 mètres en claquant des doigts et aucun n’athlète non plus ; ni même le talentueux Usain Bolt !"

Hanane Sabri

SJ : Etes vous fière d’avoir débuté votre carrière professionnelle comme cela ?

HS : Bien sûr ! C’était une période intense mais comme ma vie tout entière. En fait, je ne sais pas vraiment m’arrêter car je suis une éternelle hyperactive (rire). De plus, adidas était une très bonne école pour mon début de carrière. J’ai eu un DG chez adidas, Antoine Sathicq, qui a été un manager très inspirant et qui a su nous manager à la perfection. J’ai pu apprendre beaucoup dans la finance, dans la gestion de projet et dans le marketing via mes différents postes chez adidas.

SJ : Vous êtes actuellement Directrice Marketing chez Kipling (groupe VF Corporation). Est ce que votre passé d’athlète vous a aidé à en arriver ici ?

HS : Totalement ! Ma vie d’athlète m’a permis de comprendre trois choses : La première, c’est qu’il faut travailler intensément pour arriver à ses objectifs.

La deuxième, c’est la résilience. Cette capacité à continuer d’avancer malgré les obstacles, les baisses d’énergie, etc.

La dernière c’est l’empathie, l’écoute et la « connexion » avec les autres. On ne réussit jamais seul.

Even if I have practiced a sport that is described as individual, for me it is still a team effort. I had my physiotherapist, my trainer, my hares, my relatives, etc. It was them who helped me, in part, to reach the world championships in Edmonton. For me, it is important to move forward with a team that we respect and with which we feel connected.

De plus, mes parents m’ont inculqué les valeurs de respect, de partage, d’empathie et de performance. Cette notion de performance est ancrée en moi et c’est cela qui m’a amené ici aujourd’hui, que cela soit dans l’industrie du sport ou dans la mode.

SJ : En 2018, vous êtes arrivée à Hong-Kong et avez intégré le groupe Folli Follie. Pourquoi avez-vous quitté l’industrie du sport pour travailler dans la joaillerie ?

HS : En fait je suis d’abord arrivée à Hong-Kong par amour. J’avais envie d’apprendre le mandarin et de m’occuper de ma famille. Comme je n’ai pas su m’arrêter de travailler, j’ai intégré le groupe Folli-Follie et ai découvert le monde de la joaillerie car j’avais envie d’apprendre et de découvrir de nouvelles choses sur le marché asiatique. J’aime vraiment le processus d’apprentissage. Au bout de 3 ans, j’avais appris beaucoup de choses mais j’avais fait le tour et avais envie de relever de nouveaux challenges. J’ai donc postulé chez VF Corporation. Ca n’a pas été facile mais après plusieurs entretiens, j’ai été recrutée ! Aujourd’hui je suis très fière de travailler pour cette marque qui me replonge dans le monde du lifestyle et des milléniaux.

SJ : Qu’est ce qui vous inspire chez Kipling et quels sont vos objectifs dans cette entreprise ?

HS : En arrivant chez Kipling j’étais en mode « observation » pendant 3 mois, cela est une règle que je me suis toujours imposée dans toute nouvelle mission car il faut d’abord comprendre l’entreprise et la marque pour lesquelles on travaille : les collections, le marché, les consommateurs de la marque, les collaborateurs, le fonctionnement des équipes internes mais aussi locales, les différences culturelles, les valeurs de l’entreprise, les objectifs et enfin la stratégie mise en place. Au delà des objectifs propres à l’entreprise, ma fierté reste « l’être humain » et la relation à l’autre afin d’assurer la cohésion d’équipe et la mise en place d’objectifs communs. J’aime grandir et voir les autres grandir. Pour moi, la relation manager / managé est une relation gagnante / gagnante basée sur le respect, l’écoute et la performance.

Pourquoi ai-je choisi Kipling ? J’ai vraiment accroché avec la nouvelle direction managériale en place et surtout avec leurs objectifs et la nouvelle vision de Kipling brand car nous souhaitons aujourd’hui atteindre les milléniaux en leur insufflant le message d’aller explorer le monde avec curiosité mais aussi d’alléger leur vie grâce à nos produits inspirants et fonctionnels. Je me retrouve totalement dans ce message. De plus, j’aime travailler sur les nouveaux concepts stores pour offrir une véritable expérience à nos consommateurs que cela soit par des activations en magasin ou à travers les visuels merchandising, mais surtout communiquer avec les asiatiques en utilisant à 80% le monde du digital. Et cela peut comporter toute l’approche stratégique sur la distribution Online pour nos propres sites kipling.com ou sur notre Kipling Store sur Tmall plateforme [la plus grande platforme Ecom en Chine et dans le monde] sans évidemment oublier l’importance des réseaux sociaux tel que WeChat, Weibo, FB ou Instagram, etc. Tous ces sujets sont des challenges à relever de façon disruptive et spécifique pour créer une véritable différence concurrentielle.

SJ : Après un parcours si inspirant, avez-vous un conseil à donner aux étudiants et jeunes diplômés ?

HS : « Faites tout pour réaliser vos rêves et n’abandonnez jamais ! ». Pour moi, rien n’est impossible. J’en suis la preuve vivante ! J’ai atteint le haut niveau dans une discipline sportive qui se pratique en short alors que je suis musulmane. J’ai toujours évolué dans des milieux professionnels d’homme alors que je suis une femme qui vient d’une famille ouvrière et je m’en suis très bien sortie. Encore une fois, je souligne la notion de résilience qui est très importante tout au long de nos vies sans oublier les valeurs humaines comme le respect, l’empathie et l’écoute.


« Faites tout pour réaliser vos rêves et n’abandonne jamais ! Pour moi, rien n’est impossible. J’en suis la preuve vivante ! J’ai atteint le haut niveau dans une discipline sportive qui se pratique en short alors que je suis musulmane. J’ai toujours évoluée dans des milieux professionnels d’homme alors que je suis une femme qui vient d’une famille ouvrière et je m’en suis très bien sortie. »

Hanane Sabri

One of my daily motivations is to ask myself: which actions can I take today that could have an impact on the world, on my family, on the ecological level, and at work? I am a great player and I always take the example of dominoes, because every little gesture can have a huge impact on our lives and the lives of others. Even a smile, a moment of listening, helping someone in need even if he is a stranger to us, and so on! These little actions can give hope. And we have to share this hope because that is what makes us build a better world in the end.

Cela vaut aussi à l’échelle mondiale à propos de l’écologie : je crois en l’humanité et si chacun fait des petits gestes nous pourrons construire une société plus respectueuse de notre planète Terre et laisser un héritage à nos enfants.

En savoir plus sur Hanane Sabri

Hanane SABRI a rejoint VF en tant que Directrice Marketing Asie-Pacifique de Kipling au siège de Hong-Kong en mai 2019. Elle a plus de 20 ans d’expérience dans l’industrie de la mode et du sport.

Basée à Strasbourg, Hanane a rejoint adidas France en 2000 en tant que Finance Controller. Pendant ce temps, elle était également une athlète confirmée représentant la France dans des compétitions internationales. Hanane est devenue Directrice de la planification stratégique en 2004 et a occupé le poste de Senior Manager Sport marketing et de la communication sportive en 2006, spécialisée dans les plans d’activation d’événements, la planification de la production des tenues olympiques, des budgets et l’analyse du marché. Elle a supervisé des événements sportifs internationaux tels que les Jeux Olympiques de Pékin, Vancouver et Londres, et a été directement en charge du Comité Olympique Français et de 18 Fédérations Nationales pendant 8 ans.

Entre 2006 et 2015, la réussite d’Hanane Sabri vient de sa capacité à négocier des contrats avec des athlètes et des célébrités pour adidas ; dont le célèbre chanteur de rap Akhenaton, le double champion Olympique de judo Teddy Riner ou encore de Nikola Karabatic – champion Olympique de handball et élu meilleur joueur du monde en 2012.

Avant de rejoindre VF Corporation, elle a travaillé chez Folli Follie en janvier 2016 en tant que Directrice marketing pour l’Asie-Pacifique, développant des équipes de conception, de gestion de produits, de marketing et de communication pour 7 pays et plus de 150 magasins au Japon et en Chine. Son expertise financière joue également un rôle clé dans la gestion de P&L sur plusieurs millions de budgets dans plusieurs gammes de produits de l’entreprise.

Hanane est titulaire d’une maîtrise en droit des sociétés, des finances et des valeurs mobilières de l’EM Master Strasbourg Business School ainsi que d’un BBA et d’un MBA en finance de la Bowling Green State University dans l’Ohio aux États-Unis. Elle vit actuellement à Hong-Kong avec son mari et ses deux enfants.

© Portrait of Hanane Sabri by [email protected]

À propos de la marque

The Kipling success story started in 1987 in the heart of the fashion capital of Antwerp (Belgium) with crinkled nylon bags. By injecting our creativity and out-of-the-box thinking into developing thoughtful designs with a casual coolness, Kipling products are created to inspire mobility and enable you to Live.Light. As more than a bag brand, Kipling represents a positive outlook on life, a light-hearted mentality, free spirit, and inclusivity. Today Kipling’s well-known bags and accessories are available around the world in 436 stores in 80 countries and can be found in more than 7500 shops, and on kipling.com.

L'histoire du succès de Kipling a commencé en 1987 au cœur de la capitale de la mode, Anvers (Belgique), avec des sacs en nylon froissé. En injectant notre créativité dans le développement de designs réfléchis et d'une fraîcheur décontractée, les produits Kipling sont créés pour inspirer la mobilité et vous inviter à Live.Light. Plus qu'une marque de sacs, Kipling représente une vision positive de la vie, une mentalité légère, et un esprit libre et d'inclusion. Aujourd'hui, les célèbres sacs et accessoires Kipling sont disponibles dans le monde entier, dans 436 magasins répartis dans 80 pays et dans plus de 7500 boutiques, ainsi que sur kipling.com.


Autres interviews qui pourraient vous plaire:

Entrepreneurship 40+ : La rencontre avec Régis Lauprete

Lorsque nous lisons des histoires de start-ups de l'industrie du sport, beaucoup d’entrepreneurs semblent avoir la vingtaine. Pourtant, même s'il y a beaucoup de jeunes créateurs d'entreprise, il y a aussi un grand nombre d'entrepreneurs à succès qui n'ont pas créé leur entreprise avant d'avoir 40 ans. Dans notre série "Entrepreneurship 40+", nous voulons vous présenter certaines de ces incroyables personnalités.

Pour la deuxième interview, nous avons eu le plaisir de parler à Régis Lauprete qui est le président de la société Magnitude qu'il a créé en 2018.

Introduction

Votre poste & nom de l'entreprise :

MAGNITUDE, je suis le président de la société

Votre domaine professionnel :

J'ai 25 ans d'expérience dans la vente, le marketing, la gestion et le top management

MAGNITUDE en 2 ou 3 phrases :

De la distribution au consommateur, nous vous accompagnons sur tous vos lieux de vente pour vendre mieux et vendre plus L’expérience que vos clients vivent en magasin a un impact direct sur les ventes et sur l’image de votre marque. Former, séduire ou vendre : Magnitude élabore et met en œuvre les dispositifs humains et digitaux pour transposer sur le terrain votre ambition commerciale, et faire vivre votre expérience de marque.

Sur le plan professionnel, que faisiez-vous avant de devenir indépendant ?

J’ai démarré ma carrière dans des fonctions commerciales. Tout d’abord dans le transport, (comme la famille…), avant de me rendre compte que ce secteur n’était pas du tout fait pour moi. Ancien sportif de haut niveau, j’ai toujours été passionné de sport, et j’ai réussi à intégrer ce milieu pour ne plus le quitter. Après un bref passage chez Nike, j’ai fait mes armes chez Adidas pendant 7 ans. C’est là que j’ai évolué et que j’ai compris le fonctionnement du marché. J’ai démarré comme chef de secteur, avant d’occuper des fonctions de manager terrain, puis de Key account, avant de terminer mon parcours chez Adidas par un poste de KA international ou je m’occupais d’un des plus gros comptes pour la marque, Décathlon..

Pour des questions de choix de vie, j’ai quitté Adidas pour intégrer Diesel, en tant que directeur des ventes footwear et bags. J’y suis resté 2 ans, avant de rejoindre G-Star pour 4 ans en tant que Country manager footwear pour la France, l’Espagne et le Portugal, pour lancer et developper ce nouveau business pour la marque. J’ai fait un très court passage chez Ralph Lauren, ma dernière expérience chez les marques qui m’a permis, à 41 ans, de comprendre qu’après toutes ces années à travailler pour les marques qui me faisaient rêver, je n’avais plus envie de poursuivre ma carrière dans ce type d’organisation.

Quelle était votre motivation pour créer votre propre entreprise ?

Etre acteur de ma vie de manière beaucoup plus directe. Je regardais certains amis entrepreneurs, et malgré l’insécurité ou la connexion permanente à leur job, j’enviais leur liberté et leur capacité à créer leur propre fortune….j’étais prêt. Je n’en aurais pas été capable 10 ans plus tôt. Pour moi c’était une révélation à l’aube de mes 45 ans.

Comment êtes-vous passé de l'idée à l'exécution ?

Il m'a fallu exactement trois choses :

  1. L’externalisation de force de vente collait exactement à ce que j’aimais faire, et savais faire.
  2. Après avoir aidé quelques amis à créer une entreprise similaire, j'ai eu une idée précise de la manière dont cela se fait.
  3. L’opportunité des rencontres, et particulièrement celle de mes associés a fait le reste pour me lancer

Comment se déroule votre vie quotidienne en tant qu'entrepreneur ?

C’est justement ce que je préfère. Elle n’est jamais pareil. Elle est faite parfois aussi de période sous haute pression avec beaucoup d’heures passées à travailler. Elle peut être très sédentaire au bureau, ou plus itinérante dans des périodes de déplacements. Elle me convient toujours car c‘est moi qui décide de son rythme, même dans les périodes compliquées

Quelle est la ou les plus grande(s) récompense(s) de la création de votre propre entreprise ?

Le plaisir d’avoir créer mon équipe et de travailler au jour le jour avec eux dans l’atmosphère que j’ai toujours rêvé de trouver dans mes jobs précédents…un rêve qui devient réalité.

Qu'est-ce qui, à votre avis, fait un bon entrepreneur ?

J’avais conscience qu’il me serait plus facile de me lancer dans un projet dans lequel je pourrais fraire fructifier mon expérience, et mon network. Être entrepreneur, lorsque l’on a connu que des postes de salarié, ne s’improvise pas. Il faut avant tout être prêt dans sa tête. En avoir envie, pas pour fuir quelque chose, mais plutôt par envie d’être acteur de sa vie différemment. C’est un état d’esprit. Il ne se commande pas, il vient à vous, et se renforce avec la réflexion sur le projet.

En quoi est-il différent d’entreprendre à 40 ans plutôt qu’à 20 ans ?

Forcément.. à 40 ans, on commence à percevoir que si l’évolution professionnelle n’est pas au niveau ou on l’imaginait à 20 ans, celà va être difficile de pousuivre avec la même ambition. Et la jeunesse pousse aussi derrière. Les aspirations de vie sont elles aussi différentes

Pour beaucoup de gens, la peur de l'échec est la raison pour laquelle ils n’osent pas créer leur propre entreprise. Que diriez-vous à quelqu'un pour le convaincre d'aller de l'avant de toute façon ? Quel impact la peur a-t-elle eu sur vous ?

Je ne parlerais pas de peur. Etre entrepreneur, c’est avant tout savoir se faire confiance, en sachant se remettre en cause. Je parlerais plus volontiers de risque. La peur de l’échec tétanise, alors que la gestion du risque peut être très excitante. Et l’échec fait partie de l’expérience de l’entrepreneur, il le construit. Ma réponse serait donc: faites vous confiance. Il n’y a que vous qui savez si vous êtes prêt à assumer ce parcours, et c’est en écoutant votre petite voie intérieure que vous saurez si vous êtes prêt à y aller.


Vous souhaitez rencontrer d'autres entrepreneurs ? Dans la première partie de Entrepreneurship 40+, nous avons parlé avec Alban Le Pellec, le directeur général de l'agence de conseil All-Seasons.