A propos des environnements de travail toxiques et comment les gérer

Si vous avez déjà évolué dans un environnement de travail toxique, vous savez à quel point cela peut drainer toute votre énergie. C’est une situation stressante, fatigante et souvent la raison d’une perte de motivation dans votre travail – cela peut même conduire à une baisse de votre bien être dans votre vie personnelle. Mais quelles en sont les raisons et y-a-t ’il une chance de changer ça ?

Qu’est ce qui crée un environnement de travail toxique ?

Un sondage récent mené par des experts du développement de leadership de chez Fierce Inc. ont demandé à environ 1000 employés les raisons à l’origine d’un environnement de travail perturbé. La majorité s’est accordée à dire que l’attitude négative d’un membre de l’équipe (ou leur patron) avait le plus gros impact sur eux. Que leur collègue ne soit qu’un fainéant paresseux, un rabat-joie se plaignant tout le temps ou blâmant ses équipiers pour ses propres erreurs, cela tire toujours le reste de l’équipe vers le bas.
Un fait très intéressant, environ 75% croit qu’une compétence spéciale ou unique ne compense pas la négativité d’une personne.

Alors, quelles sont les conséquences

Vous pourriez penser – puisqu’il n’y a aucun moyen de corriger ça – que les collègues aimeraient simplement se débarrasser de l’élément perturbateur. Etonnamment, seulement un quart des répondants considère le licenciement comme étant la meilleure solution.
Cependant, se confronter au grogneur directement n’est pas non plus une option. 80% pensent qu’une confrontation directe, que ce soit par eux même ou par des exécutifs, n’est pas propice à changer la situation.
Si vous y réfléchissez, le résultat semble un peu déprimant. Cela traduit que l’on est prêts à ne rien faire et accepter la baisse de moral et de productivité dans l’équipe, même aller jusqu’à quitter un emploi qui normalement serait satisfaisant.

Comment gérer un membre d’équipe toxique

Si vous vous êtes déjà assis dans un bureau, où personne ne parlait, souriait et que vous sentiez que vous pouviez palper la tension dans l’air autours de vous, vous savez que c’est quelque chose que vous ne voudriez pour rien au monde dans votre travail. Pour nous, cela ne serait pas une option non plus ! Particulièrement quand vous travaillez en petite équipe, un membre d’équipe négatif peut ruiner à lui tout seul l’ensemble de l’atmosphère de travail.
Ainsi, nous avons quelques conseils sur la façon de gérer un collègue négatif.

  • Ne laissez pas vos émotions vous envahir

Vous pourriez ressentir l’urgence de vous lever pour essayer de rendre les choses meilleures. Très probablement, cela aggraverait encore plus la situation. Vous confronter à un collègue pourrait se terminer de façon clairement non professionnelle et trop émotionnelle (et certainement à sens unique). Ainsi, vous offenseriez sûrement la personne sans améliorer la situation.
Une autre option aurait aussi pu être que vous vous chargiez de motiver vos collègues tous les jours pour améliorer l’atmosphère dans votre bureau. C’est une grande responsabilité qui au bout d’un moment vous écraserait sûrement.
C’est pourquoi en conséquence :

  • Parlez à votre patron ou à un médiateur

Les dirigeants ont normalement été entrainés à gérer une équipe et ses problèmes. Dans les entreprises plus grandes et modernes, il peut y avoir alternativement un médiateur / un responsable du bien être pour améliorer l’atmosphère. Arrangez un rendez-vous et expliquez votre problème, sans médisance. Il est important de décrire professionnellement les désaccords d’avec votre collègue et d’être capable de les exprimer. Alors, le responsable exécutif peut agir en conséquence pour résoudre la situation, par exemple au travers d’un dialogue en tête à tête et d’une réunion avec toute l’équipe.

Si cela n’aide pas, alors, vous pouvez toujours apporter un gâteau au travail. De ce fait, au moins vous aurez quelque chose de délicieux et doux pour calmer vos nerfs et garder la tête haute – ou avoir une chance de faire taire le médisant pendant quelques minutes.